Découvrir - Autrement

Vous donner envie d'aller voir

 

Précédent

Retour

Suivant

 

 

Sujet du mois - Découvrir......

 

Hautes Pyrénées 

Octobre 2009

VALLEE DE BAGNERES (4)

Nous nous étions arrêtés à la fontaine des 4 vallées, superbe allégorie à la nature environnante.

Au sommet, une Bigourdane et son isard,

 à l'étage suivant, une femme et des hommes représentant les torrents 

(l'Adour, le Gave, la Neste et le Bastan), 

puis à l'étage inférieur, les animaux mythiques : l'aigle, le loup et l'ours ; 

 viennent ensuite les 4 vallées.

 

 Nous commencerons par 

 

la Vallée de Bagnères

représentée par une jeune femme et son chien (le Patou des Pyrénées) symbole du pastoralisme.

Après avoir passé Bagnères de Bigorre, station thermale très fréquentée au siècle dernier, et toujours en activité, nous arrivons à Campan.

On peut y observer sa halle couverte et sa fontaine du 16e siècle, 

son église et son clocher à 4 clochetons, 

son monument aux morts (le seul sans aucun signe de guerre, mais uniquement des représentations de pastoralisme) et la veuve cachée sous son capulet…

Mais si vous y passez pendant l'été, 

une ribambelle de Mounaques 

vous saluera à tous les coins de maisons!

 

 

Mais c'est qui, 

c'est quoi 

les Mounaques ?

Petite histoire :

Il y a un certain nombre d'années, les mariages se faisaient entre jeunes du même village. A défaut, le prétendant devait s'acquitter d'une dette vis-à-vis des jeunes du village de la mariée, surtout si elle était l'héritière, et tant qu'il n'avait pas compensé la "perte" subie  par les concurrents, on faisait un tintamarre autour de sa maison (appelé aussi "charivari") en accrochant à la façade de sa maison des poupées grandeur nature  appelées Mounaques. 

 

Si les traditions ont changé, la confection de ces poupées n'a pas disparu 

et c'est à la mi-juillet que sortent ces personnages.

 

 

En se promenant dans le village, 

on découvre tout un tas de petites scènes.

Mais que fait ce grand Grognard dans la cour de la mairie ?

Là encore une petite histoire :

Un jour, Dominique Gaye Mariolle, 2m10, enfant du pays et Grognard sous Napoléon, plutôt que de présenter les armes, présente  le fût d'un canon d'artillerie à bout de bras ; il est immanquablement remarqué par l'Empereur. Et c'est de là que viendrait l'expression "faire le mariolle"

Et c'est pourquoi, le 14 juillet, la confrérie des Mariolles, élit ceux qui ce sont distingués au cours de l'année écoulée.

 

 

Sur les murs, quelques illustrations du peintre Bruno SCHMELTZ dont nous avons déjà vu quelques oeuvres à l'église St Jean à Tarbes

(à suivre)

 

 

 

 

Découvrir Autrement   8 avenue du commerce 78000 - Versailles   Tél. : 06 86 55 63 77 - mail : infos@decouvrir-autrement.fr - www.decouvrir-autrement.fr