Précédent

Retour

Suivant

 

 

Souvenirs

 

  

 

Namibie (2eme partie)

25 septembre – 20 octobre 2012

Nous quittons le sud du pays pour remonter à Luderitz. Même si l'apparition d'animaux en cours de route coupe la monotonie, les kilomètres semblent bien longs. 
zèbres de Hartmann

 

Corneille du Cap

Deux pompes à essence supprimées et un problème dans le moteur viennent, plus vite que prévu, à la fin de notre essence, et nous tombons en panne sèche... heureusement sur la route goudronnée et plus passante. Nous arrêtons un automobiliste qui nous vient en aide et contacte un garagiste qui nous dépannera deux heures plus tard. 

Nous en profitons pour pique niquer, observer quelques rares oiseaux encore actifs par 36° et découvrons de ravissantes petites fleurs.

Après vérification du moteur (qui semble avoir retrouvé la pêche) et fait le plein d'essence nous repartons pour Luderitz. Le long de la route de nombreux poteaux électriques sont le perchoir de rapaces ou le support de nids, qui pour certains sont déjà occupés.

Crécerelle à yeux blancs

Peu avant la ville, des panneaux mettent en garde contre le vent et le sable. En effet, par le vent puissant, la température descend et il fera 14° en arrivant, ce qui explique que les gens, en ville, semblent frigorifiés.

Nous apprendrons le soir, par un couple de français (Sébastien et Sophie, organisateurs du Luderitz Speed Challenge, concours international de vitesse de kitesurf et windsuf), que Luderitz est un des spots le plus venté au monde !

Un dîner de produits de la mer nous fait découvrir les huîtres gratinées, étonnant mais bon.

 

Oryx

C'est par la ville fantôme de Kolmanshop que nous commençons cette nouvelle journée. Construite pendant la flambée de l'extraction diamantifère, c'est le sable qui maintenant reprend ses droits.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 zone interdite

Nous allons ensuite sillonner la péninsule de Luderitz, à la recherche des phoques, flamants, manchots du cap, etc... 

Nous traversons des paysages lunaires et à Diaz Point, nous prenons un sacré bol d'air très frais, ce qui ne semble pas déranger les fous du cap ni les phoques qui se prélassent en contre bas.

Nous trouvons une petite crique à l'abri du vent face à Halifax island d'où nous pourrons observer les manchots du cap, grâce à nos longues vues mais malheureusement trop loin pour être immortalisés. C'est génial de les voir se déplacer à terre, avec leur démarche pas très élégante, mais efficace,  comme à la télé... et c'est une sacrée coche! 

 

 

Flamants roses, huîtriers de Moquin, goéland dominicain, mouettes de Hartlaub, gravelots pâtre et gravelot à triple colliers, bécasseau cocorli,ouettes d'Egypte,  canards du Cap..... complètent la liste des oiseaux observés dans la presqu'ile ou sur les bords de mer.

        gravelot à triple colliers   

 goéland dominicain

 

Cossyphe à gorge blanche

Nous terminons la journée près d'un étang (également dans une zone interdite) où de nombreux flamants roses et flamants nains se partagent le site avec des goélands dominicains et des vanneaux armés dont certains ont des petits. 

Belle journée

 

 

 

 

 

 

  Famants roses et flamants nains

Nous quittons Luderitz, pour, de nouveau, une grande étape. 

 

Malgré cela, nous faisons un premier arrêt pour observer un rapace qui nous laisse à loisir le temps de le photographier.

 

Faucon de Dickinson
Puis, un deuxième pour voir les premiers chevaux sauvages, on dirait un carousel ! Ce ne sont que des fils abandonnés.
Un peu plus loin, au point d'eau, spécialement aménagé pour les chevaux, nous restons un bon moment à les contempler. Il y en a plus d'une centaine !

 

Nous verrons également des outardes de Vigor

Puis nous prenons la route qui traverse une partie du désert du Naufault pour rejoindre Sessriem.

Durant la matinée, nous croisons quelques voitures et nous nous faisons doubler par d'autres. Elles vont vite, moyen d'être moins secoué.  Comme nous nous arrêtons souvent pour observer un oiseau ou regarder un animal, nous roulons beaucoup plus doucement. Est-ce la raison pour laquelle nous n'avons pas crevé...? 

Dans l'après midi, la circulation se fait nettement moins présente, voir nulle. De nouveau nous roulons des heures sans voir âme qui vive. Impressionnant surtout quand la voiture renouvelle ses symptômes d'étouffement alors que nous avons ¾ du réservoir !

Les paysages changent et les arrêts sont nombreux

Nid de Républicains sociables

Outarde de Ludwig

Outarde à miroir blanc

Nous arriverons finalement à destination ... et sans problème.  

Le soir un dîner buffet nous permettra de goûter aux grillades de zèbre, koudou, springbox et impala. 

Les quelques réticences font vite place au plaisir de la dégustation.

Petit déjeuner à 6h pour être en piste à l'ouverture du parc (6h45), 

trop tard pour les premiers rayons du soleil, mais nous le savions 

et, c'est quand même très beau.

Arrêts à la Dune 45.....

...dead-vlei....

...et Sossusvlei....: incontournables 

Il faut se faire violence, car l’envoûtement des dunes de sable fait chauffer la carte mémoire, 

la photographe aussi... !

Sporophyle squameux 

Républicain sociable

Nous quitterons Sessriem dans l'après midi et arriverons à notre hébergement assez tôt (pour une fois).

Quelques panneaux qui agrémentent les routes

                

à suivre....

 

 

Découvrir Autrement   8 avenue du commerce 78000 - Versailles   Tél. : 06 86 55 63 77 - mail : infos@decouvrir-autrement.fr - www.decouvrir-autrement.fr